Comment dépasser ses peurs ?

Comment dépasser ses peurs ?

novembre 23, 2018 Coaching 0
peur

Apprendre à dépasser vos peurs vous apportera l’énergie nécessaire pour aller de l’avant. Beaucoup de personnes n’osent pas juste parce que bloquées par certaines peurs. Pouvoir en sortir vous permettra d’aller de l’avant et de découvrir de nouvelles facettes de votre personnalité, ce qui augmentera votre confiance en vous. Alors, voyons comment faire face à nos peurs?

1. La peur comme émotion comme signal

La peur fait partie des émotions. Elle est salutaire par moments. Elle nous permet, par exemple, de faire face à certaines situations de danger.  Il s’agit d’une peur qui est justifiée par des dangers réels, objectifs.

Aujourd’hui,  beaucoup de nos peurs sont uniquement entretenues par des situations qui ne sont générées que par notre imagination. J’ai peur de parler en public, j’ai peur de rater mes examens, j’ai peur de mon avenir professionnel, …. Autant de questions qui nous traversent tous et qui, pour certains, peuvent se transformer en angoisses.  Ce qui est en jeu, ici, est le fait de faire face à l’inconnu.

Nous sommes dans l’inconfort engendré par les risques  éventuelles des situations qui nous font peur.

Il faudra clairement apprendre à sortir de sa zone confort  parce que c’est ce qui alimente nos peurs.

Dans tous les cas, la peur est révélatrice de quelque chose. Elle reste l’expression d’une émotion, d’un sentiment important.

Cela demande un travail de réflexion sur soi car les peurs nous indiquent l’existence de certaines limites qui nous mettent à l’épreuve  et qui alimentent nos peurs ( est ce que je saurai parler en public, réussir cet examen, ….) !

C’est plus une opportunité qu’une menace de pouvoir initier certains changements.

L’une des choses qui peut nous aider à dépasser nos peurs est d’oser entreprendre quelque chose qui nous bloquent.

2. Cultiver une vision réaliste de ses peurs

La gestion de nos peurs est souvent liée à notre héritage familial et social. Par exemple, beaucoup de parent, en surprotégeant leurs enfants, ne font que nourrir involontairement les peurs de leurs enfants.

Ils ne  laissent pas les enfants faire le pas au risque même d’échouer. Le fait de pouvoir apprendre de ses erreurs n’es pas une chose qui est assez valorisée dans nos société actuelle. Nous avons plutôt l’habitude de faire le focus sur les erreurs.

Il est bien de pouvoir élargir le champs des possibles et favoriser la confiance en soi de nos enfants qui leur permettra d’apprendre à faire face à tous des défis qui se présenteront à eux.

Pour apprendre d’une situation, il faut pouvoir oser faire le premier pas et développer sa confiance en soi. Il va s’en dire que beaucoup de personnes, et encore plus aujourd’hui, sont pétrifiées par l’idée d’entreprendre ou de se lancer dans un projet qui les stimule juste en raison de la peur de ce que les autres diront d’elles.

Pour ce faire, il est important de se calquer des personnes qui réussissent dans les domaines qui nous attirent. De pouvoir s’en inspirer sans forcement se comparer.

Il est aussi bon d’aller par petit pas afin de faire face à nos peurs progressivement.

3. La force des croyances

Les croyances constituent une représentation du monde. Ainsi, beaucoup de personne se persuadent de pouvoir échouer avant d’avoir essayé. Il est important que les personnes apprennent, très tôt, à développer des croyances aidantes qui les poussent à oser, à se dépasser.

Comme le précise Jack Canflield :  » la plupart d’entre nous avancent péniblement dans l’existence comme des automobilistes dont le frein à main serait continuellement engagé. Il est maintenant temps de disposer de ces croyances paralysantes, de ces blocages émotionnelles et de ces comportements autodestructeurs qui nous clouent littéralement sur place » p. 344 Le succès selon Jack Canfield.

Un retour à l’ « ici et maintenant » nous permettra de faire le point avec nous-mêmes et de prendre du recul par rapport à certaines peurs. Comme indiqué plus haut, certaines peurs sont l’héritage de notre enfance. Il sera donc difficile de pouvoir en sortir. Cela demande un effort soutenu, une discipline importante mais cela reste tout à fait réalisable. C’est à nous de faire le nécessaire dans ce sens.

4. Apprendre de ses erreurs

C’est  la peur de faire des erreurs qui nous paralysent.  Nous avons, en autre,  peur du  regard de l’autre. Apprendre à cultiver la clémence est ici fondamental. Je le répète : pour les parents il est fondamental, plutôt que de fustiger vos enfants de profiter des erreurs commises comme des opportunités d’apprentissage.

L’erreur fait partie intégrante du processus d’apprentissage. Il est bien de ce le rappeler. Il y a aussi la peur du regard de l’autre. Dans ce cas, apprendre à se recentrer sur soi est fondamental. Apprenez à cultiver une vision clémente à votre égard. Vous n’aurez pas de maitrise sur ce que les autres peuvent penser de vous. Cependant, vous avez la maitrise  du regard que vous pouvez porter sur vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *